"La boutique où tu pilotes tes études"

Brève n°71

Chers Amis,

 

Nous espérons que les semaines passées n’ont pas été trop éprouvantes et que votre santé comme celle des vôtres se maintient.

 

Depuis bientôt sept semaines, l’association vit le confinement, en ayant transféré ses activités en télé accompagnement.

 

Cette dernière semaine, au milieu de journées bien remplies, nous avons décidé de renouer avec La Brève et de vous partager le quotidien.

 

Du point de vue technique, notre système d’information l’a permis aisément : nous disposons tous les six ainsi que les sept membres en service civique et le bureau du Conseil des jeunes d’ordinateurs portables et de téléphones mobiles ainsi que de liaisons internet à nos domiciles. Nos bases de données sont stockées de manière sécurisée doublement sur un NAS (serveur de stockage en réseau), installé bd Mortier, recopiées en temps réel sur site externe aux USA. Pour l’usage immédiat, nous disposons d’un Bureau partagé, ordinateurs et téléphones mobiles, sur un Cloud. Ainsi, l’ensemble des informations est-il accessible du 14e comme du 20e ou de tout autre endroit. Et la continuité est assurée.

 

Nous avons dû rapidement adapter nos actions pour garder le lien avec les jeunes et les familles et être inventifs. Grâce à des échanges réguliers par téléphone, mail, WhatsApp, nous maintenons les liens sociaux et partageons nos ressentis sur la situation. C’est l’occasion de rappeler les consignes d’hygiène, de salubrité, de santé et de sécurité, et de repérer les situations d’urgence.

 

Ainsi, depuis le début de la crise sanitaire, les locaux de l’AJE-Paris sont fermés au public, mais l’ensemble de l’équipe, permanents, bénévoles, grands jeunes, restent mobilisés. Pour des motifs précis et exceptionnels, nous nous y rendons. Deux jeunes majeurs accompagnés par l’association et sans domicile fixe passent la nuit au 40 bd Mortier. En outre, des remises d’attestations de déplacement dérogatoire sont faites à ceux qui ne parvenaient pas à s’en procurer. Des explications sont données à ceux qui n’arrivent pas à les remplir et la nécessité d’en avoir une avec le bon motif est rappelée systématiquement.

 

Parallèlement, nous nous sommes mobilisés pour maintenir l’accompagnement scolaire. La grande majorité des familles a été contactée pour les informer de notre disponibilité. Nous avons également développé nos liens avec le corps enseignant pour suivre au mieux les jeunes en difficulté.

Ces liens s’étendent également aux élèves perdus de vue pour lesquels la mobilisation a été nécessaire afin de renouer le contact et de mettre en place un accompagnement adapté. Il faut également faire le pont entre les élèves, leurs familles et les établissements au sein desquels ils sont scolarisés. Nous avons pour stratégie de remonter les freins auxquels sont confrontés les élèves et d’apporter des réponses. Ceci conduit à un accompagnement :

- sur les outils numériques (mise à jour des liaisons, appareils, logiciels et l’utilisation des ordinateurs ou tablettes mis à disposition),

- sur la question sociale : logement, nourriture, mise à jour administrative, demande d’aide financière exceptionnelle auprès des administrations …

- sur le suivi scolaire : compréhension des cours, résolution des exercices…

- à l’orientation scolaire, universitaire, professionnelle,

- à la santé : prévention et suivi des situations pour les familles atteintes.

Pour certains, la baisse des revenus des familles, l’augmentation des prix de produits alimentaires, l’arrêt de jobs étudiants, ont généré des difficultés pour se nourrir et plus que jamais le besoin d’une aide alimentaire se fait sentir. L’équipe est particulièrement vigilante à ce propos. Les premières semaines, la fermeture de tout dispositif s’apparentant aux Boutiques solidaires a causé une explosion des dépenses de nourriture. Aujourd’hui, l’association, dans le cadre des relations de confiance nouées, pose la question et flèche vers différents dispositifs existants. Un restaurant du quartier distribue de la nourriture chaque après-midi ; elle est donnée par des particuliers et des commerçants dont certains offrent même des plats cuisinés. D’autres initiatives permettent à l’AJE6paris de distribuer des paniers de produits, une autre, enfin de livrer à domicile des courses commandées et réglées à distance par de généreux donateurs individuels solidaires ! Des élues sont fortement engagés et contribuent à la mise en réseau et à la circulation des informations.

 

Le plan sanitaire occupe également une place importante dans l’accompagnement ; A ce jour, une vingtaine de personnes du réseau ont été testées infectées par le virus, cinq hospitalisées et trois décédées. Des situations de détresse ont émergé et la grande solidarité entre tous, grands jeunes – familles – équipe – bénévoles, permet d’accompagner, d’éviter l’isolement et d’assurer un suivi, de l’achat d’un thermomètre (pas simple d’en trouver) au lien avec la plate-forme hospitalière ou encore avec l’établissement de formation. Avec les opérations de dé confinement en vue, reprendre avec chaque jeune et en télé réunion la question des gestes barrières, des attitudes personnelles responsables devient une priorité, tant est grande la soif de bouger et rencontrer

Pour certains, la baisse des revenus des familles, l’augmentation des prix de produits alimentaires, l’arrêt de jobs étudiants, ont généré des difficultés pour se nourrir et plus que jamais le besoin d’une aide alimentaire se fait sentir. L’équipe est particulièrement vigilante à ce propos. Les premières semaines, la fermeture de tout dispositif s’apparentant aux Boutiques solidaires a causé une explosion des dépenses de nourriture. Aujourd’hui, l’association, dans le cadre des relations de confiance nouées, pose la question et flèche vers différents dispositifs existants. Un restaurant du quartier distribue de la nourriture chaque après-midi ; elle est donnée par des particuliers et des commerçants dont certains offrent même des plats cuisinés. D’autres initiatives permettent à l’AJE6paris de distribuer des paniers de produits, une autre, enfin de livrer à domicile des courses commandées et réglées à distance par de généreux donateurs individuels solidaires ! Des élues sont fortement engagés et contribuent à la mise en réseau et à la circulation des informations.

 

Le plan sanitaire occupe également une place importante dans l’accompagnement ; A ce jour, une vingtaine de personnes du réseau ont été testées infectées par le virus, cinq hospitalisées et trois décédées. Des situations de détresse ont émergé et la grande solidarité entre tous, grands jeunes – familles – équipe – bénévoles, permet d’accompagner, d’éviter l’isolement et d’assurer un suivi, de l’achat d’un thermomètre (pas simple d’en trouver) au lien avec la plate-forme hospitalière ou encore avec l’établissement de formation. Avec les opérations de dé confinement en vue, reprendre avec chaque jeune et en télé réunion la question des gestes barrières, des attitudes personnelles responsables devient une priorité, tant est grande la soif de bouger et rencontrer.

 

 

Les lycéens, étudiants en réorientation, bacheliers 2019 sans affectation et les étudiants en fin de BTS ou de DUT et également ceux entrant en Master, nous ont partagent leur inquiétude pour la suite concrète de leurs études. Au-delà des relectures de lettres de motivation, CV et de leur désir de déposer des dossiers de candidature, ils sont dans l’incertitude concernant les procédures, les délais, calendriers et affectations. Certains même ignorent le processus de validation de l’année en cours, du mode d’évaluation du second semestre, voire des résultats du 1er semestre. Pour les étudiants extra européens se pose également la question du renouvellement de leur carte de séjour étudiant, surtout s’ils sont amenés à changer de département et pour les boursiers étrangers, il leur faut la réussite de l’année en cours, une affectation pour obtenir la bourse, puis se présenter en Préfecture pour le renouvellement du titre de séjour avec la preuve du moyen de subsistance.

 

Pour ceux en fin de DUT, Master ou d’Ecole d’ingénieur, il y a incertitude sur la nécessité du stage dans cette situation inédite, un éventuel report de dates de stage peut poser des problèmes de subsistance (logement, nourriture…), d’autant que nombre de contrats étudiants durant les vacances estivales ne seront pas signés. Là encore, les étudiants extra-européens se heurtent à la non-maîtrise du passage de la carte de séjour étudiant à l’Attestation provisoire de séjour, déjà complexe en temps ordinaires.

 

L’accompagnement ici réside dans l’écoute, la définition de stratégie, le faire réseau (et non le repli sur soi, légitime en situation de confinement) et l’invitation à la prise de contacts.

 

Pour la seconde année consécutive, trois étudiants de l’IUT Paris-Descartes avaient pris attache avec l’association offrant d’y effectuer leur stage terminal dont l’essentiel se déroulait à partir de la fin mars. Notre proposition de l’effectuer en télé travail avec des télé conférences bihebdomadaires les a rassurés pour la validation de leur année. Ils nous ont déjà adressé en synthèse de leurs recherches, trois dossiers de grande qualité. Leur mission est de proposer une infrastructure plus adaptée pour le site www.ajeparis.com, sa migration vers le nouvel hébergeur et une conception améliorée de son architecture qui intègrera également une fonction PayPal permettant de recevoir des dons par internet.

 

Dans sa cinquième édition, l’atelier théâtre, « Place de la Réplique 3 » , fruit du partenariat cette année entre le Théâtre national de la Colline, la MPAA Saint-Blaise et l’AJE-Paris fonctionne à distance grâce aux échanges et réunions par SMS, mails et plates-formes, telle WhatsApp ; il constitue un respirateur culturel à distance dont la dizaine de membres issus de l’AJE-Paris peinent toutefois à tirer le maximum de profit, tant le quotidien est, pour leurs familles et eux, lourds à vivre. Il fonctionne, pour l’équipe, comme un révélateur de la dureté des temps pour cnos familles plus modestes.

 

L’association « Déclic Alpha », voisine de nos locaux du 20ème arrondissement, a eu la gentillesse de nous prêter 4 tablettes à destination de familles dépourvues d’équipement informatique.

La fondation APPOS, déjà solidaire lors de l’implantation dans le 14e, a apporté une subvention d’investissement pour l’acquisition de 10 ordinateurs, reçus mercredi 29 avril, grâce à la diligence d’Ecodair, en cette période délicate. Un grand merci à eux pour cette action de solidarité !

 

Tout ceci a pu être possible grâce à l’appui de nos intervenants bénévoles et à la mobilisation du Conseil des jeunes qui ont su fédérer les grands jeunes. Cette disponibilité à distance a permis de renforcer nos ressources humaines afin d’accompagner de manière plus efficace les personnes qui nous fréquentent. Ella a aussi permis de sensibiliser sur les gestes barrières et la nécessité de respecter la lettre et l’esprit des mesures de confinement afin de lutter contre la circulation du covid-19.

 

Depuis l’annonce du dé confinement, certaines questions reviennent de manière récurrente et traduisent :

- L’angoisse des parents concernant la sécurité dans les établissements scolaires et les transports après le 11 mai.

- Et leur inquiétude sur le coût des équipements sanitaires (masques, gants et liquide hydroalcoolique) dans le budget mensuel des familles.

 

En parallèle du maintien du télé-accompagnement, nous étudions les conditions d’une réouverture partielle au public, garantie par les meilleures conditions de sécurité possibles. Nous reviendrons vers vous pour vous en informer.

 

Heureusement pour nous tous, il y a cette solidarité exceptionnelle qui jaillit et nous redonne l’espoir

00.png

                                                       AJE-Paris, mis à jour le 23 octobre 2020                                    

leetchi.png